La baisse de libido dans le couple, comment la gérer ?

13/11/2019

La baisse de libido dans le couple, comment la gérer ?

Journées au travail épuisante, enfants à gérer, factures à régler, sorties à organiser...

Et en plus, il faudrait trouver le temps de faire l'amour, et si possible durant au moins 30 minutes.

Et la chose se complique encore un peu plus lorsqu’il y a un décalage de désir, d'envie...


" Ah non... Pas ce soir, je me lèves tôt demain ; Pas maintenant, j'ai mal à la tête ; on a déjà fais l'amour récemment, j'ai pas envie..."

Comment réagir lorsque son ou sa partenaire n'a pas (ou plus) la même libido, le même désir de faire l'amour?

Comment les couples qui souffrent de manque de désir, gèrent-ils la situation avant de consulter ?
Très souvent de façon maladroite. Il me semble qu'il existe deux cas de figure.
D'un côté, ceux qui éprouvent une grande frustration, qui peu à peu va créer des conflits à propos des petites choses de la vie courante. On préfère se disputer à propos d'un sujet banal plutôt que "d'affronter" le problème de la sexualité.

De l'autre, il y a ceux qui finissent par s'habituer à la situation ; Tirer un trait sur une vie sexuelle épanouissante plutôt que de brusquer leur conjoint(e). Des non-dits s'installent, l'entente et la complicité s'étiolent, et c'est souvent à partir de ce moment qu'ils consultent.

 

Quelles sont les causes d'une baisse de libido ?
Elles peuvent être nombreuses et il y a souvent un ou plusieurs éléments déclencheurs.

Je ne fais pas de généralités, mais souvent en consultation je constate que la perception du partenaire à évolué. Je rencontre des couples qui me disent qu'avec le temps, ils sentent que l'amour à fait place à de l'affection pour l'autre. 

Aussi lorsqu'une femme devient mère : elle peut avoir une relation très fusionnelle avec son enfant qui ne laisse pas place au conjoint.

La routine peut être dévastatrice pour le couple, une "avancée" sexuelle différente, parfois l'évolution de l'un et l'autre dans l'intimité est bien différente et les envies / désirs sont difficilement discutables. 
L'engagement aussi peut être une cause.. Se sentir enfermé dans la relation, moins libre peut amener à moins désirer l'autre.

Enfin, il y 'a aussi ces personnes qui rencontrent des soucis de santé qu'ils soient psychologiques ou physiques, l'impact sur la libido n'est pas à négliger.

 

Comment j'accompagne mes patients confrontés à ce problème ?
Pour commencer je dirais qu'il n'existe aucun remède miracle et que je n'ai pas de baguette magique. 
Il faut chercher et trouver la source du problème et pour cela, communiquer est essentiel. Chacun doit pouvoir s'exprimer sans filtre et expliquer à l'autre ses envies, ses besoins, ses craintes...  en matière de sexualité, afin de comprendre aussi ce qui bloque et ce qui pourrait être améliorer.
Il est important que chacun trouve sa place dans l'intimité du couple.
Recréer du lien, réapprendre à se "connecter" ensemble  est aussi important,  souvent il n'y a plus ou peu de partage à deux  lorsque la sexualité est mise à mal.  Les écarts de libido peuvent avec le temps créer un fossé dans le couple.  Le conjoint n'ose plus se rapprocher de sa compagne de peur qu'elle s'imagine qu'il souhaite à tout prix une relation sexuelle, ou inversement, ce qui finit par créer une distance.
Il est donc important de remettre de la sensualité avant la sexualité. Recréer du contact et de la proximité par des moments à deux, relancer la sensualité, la tendresse, le jeu, les caresses ... Toutes ces petites choses permettent déjà de se "re-connecter" pour ensuite tendre vers une meilleure harmonie de couple.

Mes conseils pour être heureux dans sa vie sexuelle ?

Une vie sexuelle épanouie est avant tout une sexualité épanouie avec soi-même, contrairement à ce que l'on pense. Il faut comprendre que le désir n'est pas naturel.  
Si je ne le stimule pas, il s'éteint. Il faut donc sans cesse redonner l'impulsion. Pour cela, il faut travailler l'érotisation de son propre corps, ses fantasmes, et chercher ce qui nous stimule vraiment, d'où l'importance aussi de la masturbation. La vue, le toucher et les fantasmes jouent un rôle fondamental sur le désir, et donc, sur notre sexualité.

Si on fait l'amour par obligation ou par devoir, ça ne peut pas fonctionner. Je dois faire l'amour parce que j'en ai envie, non pas parce que la société m'impose un rythme par semaine et une durée de rapport idéale. 

Attention au besoin de l'orgasme systématique .
Souvent  les femmes pensent qu'une bonne sexualité et égal à un orgasme à chaque rapport. Ce qui est quasiment impossible aujourd'hui puisque de nombreuses femmes ne parviennent pas à lâcher prise, veulent garder le contrôle ... Si elles ne sont pas dans de bonnes dispositions, suffisamment détendues et bien dans leur tête, ça ne pourra pas fonctionner. Et ce n'est pas de la responsabilité du partenaire. 

Gardons en mémoire que l'orgasme ne se donne pas, il se prend !